LILONG, errance nocturne au coeur de Shanghai.

Ce reportage photographique témoigne de l'identité nocturne du Lilong.
Dans ce quartier de Shanghai, construit entre 1850 et 1950, le temps semble s'être arrêté.
En 1854, l'empire chinois a signé un accord avec les Européens présents dans les concessions leur demandant de construire rapidement de nombreux logements car une grande partie de la ville avait été détruite par une révolte. Ceux-ci ont accepté, ce qui leur permettait d'étendre leur influence.
De très nombreux quartiers ont ainsi été réalisés, avec des techniques de construction chinoises comme la disposition des pièces et la présence d'une cour, mais sur un modèle de quartier occidental dont la promiscuité et l'étroitesse des rues correspondant à un besoin de rationaliser l'espace, pour construire beaucoup et à moindre coût.
Aujourd'hui le monde moderne s'active tout autour.
Ce contraste m'a interpellé.
Dans mon cheminement à travers ce labyrinthe de ruelles sombres, les rares lumières artificielles m'offrent dans un rapport assez frontal, l'intimité de ces habitants, passants, et commerçants de la nuit.
La plupart des "Shikumens" ont leurs portes ouvertes. Dans ces maisons torrides en été et glaciales en hier, cohabitent plusieurs familles de plusieurs générations.
Au cours des multiples nuits passées à me perdre, à observer, écouter et ressentir ce quartier, j'ai été très marqué par le calme ambiant, loin des stéréotypes que j'avais de cette mégalopole économique chinoise.
Mon travail photographique tente de retranscrire cette atmosphère assez intimiste rencontrée dans ces errances nocturnes.